Chargement en cours

CHUTE DES REINS (A GREFFER) EN 2018 ?

Bloc opératoire.jpg
dim. 19 janvier 2020

La liste des patients en attente d’une greffe de rein s’allonge année après année. Près de 24 000 patients sont en attente d’une greffe mais moins de 6 000 transplantations sont réalisées chaque année. Ce dernier chiffre est en diminution en 2018 par rapport à l’année précédente alors que les besoins, eux, explosent.

Pourquoi cette baisse des transplantations ?

Dans une grande enquête révélée le 14 janvier, l’association France Tranplant tente de comprendre les causes de cette pénurie.

  • La première raison est selon elle le nombre insuffisant d’organes collectés. Pourtant, la loi prévoit que si une personne n’a pas exprimé clairement son refus de donner ses organes, elle est considérée comme consentante. « Malheureusement il y a eu une dérive », explique le Pr Jean-Louis Touraine, néphrologue et président de France Transplant. Et cela tient à une    question de formulation : « Au lieu qu’on demande à la famille : est-ce que la personne était pour ou contre, on demande à la famille : est-ce que vous, vous êtes pour ou contre. Et parmi les 5 ou 6 membres de la famille qui sont ici, autour de la personne qui vient de décéder, il y en a toujours un qui a des états d’âme. Par conséquent, le prélèvement ne se fait pas et cela explique pourquoi, aujourd’hui, il y a 50% ou plus de taux de refus. »
  • La deuxième raison serait financière. Sur fonds de crise hospitalière, les services de transplantation souffrent d’un manque d’effectifs et de moyens. Pour Jean-Louis Touraine, ce n’est pas acceptable, en particulier dans le cas de la greffe de rein qui représente 80% du total des greffes : « La greffe ne demande pas des moyens financiers supplémentaires, elle fait faire des économies supplémentaires. (…) chaque greffe rénale qui est pratiquée fait faire des économies car la dialyse coûte beaucoup plus cher que la transplantation. »

Dans le même temps, "chaque année, le nombre des inscrits" sur le registre des patients en attente de greffes "outrepasse très largement celui des malades greffés", conduisant à une liste d'attente de 24.000 personnes en 2017.

Résultat: "500 à 600 patients" sur listes d'attente, "meurent chaque année, faute d'avoir été greffés". D'autres "aussi nombreux, sont retirés des listes". Leur état s'étant aggravé, "ils sont devenus inopérables", déplore le rapport.

Comment remonter la pente ?

Pour y remédier, France Transplant propose d'entreprendre "une grande étude sur les causes actuelles de l'opposition au don d'organes", taux de refus qui avoisine encore les 33 % dans les familles endeuillées.

Parmi les autres freins, les médecins citent les effectifs et moyens financiers insuffisants des services de transplantation et la recherche "non optimale" de donneurs vivants volontaires (enquête familiale trop tardive...). Valoriser le don du vivant serait une piste à privilégier.

"Demander une progression du nombre de greffes alors que les prélèvements plafonnent ou reculent n'est guère cohérent", analyse l'association présidée par Jean-Louis Touraine. Alors que le plan greffe a fixé comme objectif 7.800 transplantations en 2021 - tous organes confondus - contre environ 6.100 en 2017, ce nombre a chuté à 5.800 en 2018, "rendant quelque peu utopique" la barre visée, selon ce rapport.

Qu’en dit l’ABM ?

L’Agence de Biomédecine devrait publier son rapport annuel vers la mi-février, mais d’ores et déjà elle vient de communiquer qu’ : « après 8 années de forte hausse, l’activité de greffe avait baissé pour la première fois en 2018. Grâce à l’effort collectif de l’ensemble des acteurs de la chaine du prélèvement à la greffe, l’Agence de la biomédecine est en mesure aujourd’hui d’annoncer une hausse de l’activité en 2019 ». 

Sources :

 

Commenter cet article

Il n'y a pas de commentaires pour le moment

  • En cliquant sur "Envoyer le commentaire", vous acceptez le fait que vos données inscrites ci-dessus seront utilisées par ADOT 67 dans le but pour lequel ce formulaire a été mis en place. Aucune donnée ne sera utilisée dans un autre but, sans votre consentement éclairé, ni ne sera communiquée à un tiers. Vous pouvez à chaque instant demander l'accès, la modification ou la suppression de ces données en nous écrivant à l'aide de notre formulaire de contact ici.
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez nos conditions d'utilisation notamment l’utilisation de cookies afin d'améliorer la qualité de vos visites et réaliser des statistiques.
Mentions légales / Politique de confidentialité X