Chargement en cours

"RÉPARER LES VIVANTS" : LE FILM

Réparer vivants1.jpg
ven. 8 avril 2016

TOUT COMMENCE DANS LES VAGUES ...

"Tout commence dans les vagues, sur la côte d'albâtre à quelques km du Havre ... Trois adolescents surfent au lever du jour. Quelques heures plus tard, sur le chemin du retour, c'est l'accident, le drame. Simon est en état de mort cérébrale quand il arrive aux urgences. Désormais suspendue aux machines, sa vie n'est plus et ses parents, au comble de la détresse, doivent décider dans la précipitation si son coeur ira à quelqu'un d'autre. Dès lors, l'histoire devient un enchaînement de coups de fils, de véhicules envoyés en urgence et de salles d'opération dont on ouvre les battants ... Dans un hôpital parisien, une femme qui ne saura jamais rien de son sauveur attend la greffe providentielle qui pourra prolonger sa vie".

Voici en quelques lignes le résumé du livre de Maylis de Kerangal - "Réparer les vivants" - paru en janvier 2014 chez Gallimard (Collection Verticales) et qui raconte - au travers des différents protagonistes (Simon le "donneur", ses parents, l'infirmier de la coordination, le chirurgien préleveur, la greffée ...) - le parcours du don d'organes, du prélèvement à la greffe, de la mort à la vie ...

Le livre a séduit plus de 150.000 lecteurs à tel point que dès l'année suivante il a été édité en livre de poche ! Après avoir été adapté au théâtre par Emmanuel Noblet et présenté au Festival d'Avignon en 2015, le roman sera sur les écrans cette année, à partir du 1° novembre.

La réalisation du film a été confiée à la jeune Katel Quillévéré ("Un poisson violent", "Suzanne") et bénéficie d'un casting intéressant : Tahar Rahim, révélé par "Un prophète" y côtoie Emmanuelle Seigner - qu'on ne présente plus - Kool Shen ainsi qu'Anne Dorval et Monia Chokri qu'on a pu découvrir toutes deux dans "Les Amours imaginaires" ou dans "Laurence Anyways" de Xavier Dolan.

  OU ET QUAND VOIR LE FILM EN ALSACE ? 

  QU'EN DISENT LES CRITIQUES ?  

L'EXPRESS.fr - Thierry CHEZE (12.09.2016)

Une adaptation audacieuse

" La réalisatrice (...) s'empare (des) 24 heures de la vie d'un coeur de 19 ans, celui d'un jeune accidenté de la route qui va être transplanté comme le reste de ses organes aux quatre coins de la France. Et la cinéaste réussit ici le mariage complexe et à priori impossible entre la description au scalpel de ces situations quotidiennes et de vraies envolées lyriques et romanesques. Comme cette route qui devient océan et cette vague qui s'abat au moment de l'accident de ce jeune surfeur de 19 ans. Ou encore cette superbe déclaration d'amour que ce dernier fait à une jeune fille de son âge à travers une chevauchée à vélo où son coeur qui battait alors un peu plus fort qu'à l'accoutumée lui donnait des ailes.

Réparer les vivants de Katell Quillévéré fait audacieusement cohabiter l'onirique et le concret, la beauté de l'espoir et la dureté du quotidien. Le tout avec une douceur inouïe tant dans la conduite du récit que dans sa direction d'acteurs, tous si saisissants qu'on a envie de les serrer dans ses bras une fois le film terminé. (...) Qu'ils incarnent les parents de ce jeune homme tué, les malades en attente de greffe et leurs proches ou les médecins passeurs de (sur)vie, tous sont sur la même longueur d'ondes : celle digne et par-là même bouleversante orchestrée par Katell Quillévéré qui ne pouvait signer plus belle lettre d'amour à ceux qui côtoient en permanence la mort en essayant de réparer au mieux les vivants (...)".

CINEUROPA.org - Fabien LEMERCIER (04.09.2016)

Transmigration d'un coeur

"(Réparer les vivants) se révèle une oeuvre savamment mise en scène, en équilibre fluide entre un très fort potentiel dramatique bien contrôlé, une dimension scientifique et chirurgicale d'une grande précision, et un horizon de questionnements métaphysiques ouvert à la liberté de chaque spectateur. Une maîtrise qui avait pourtant des apparences de gageure sur le papier tant le récit de la transplantation d'un coeur et de tous les maillons de la chaîne qu'elle implique pouvait verser aisément dans le mélodrame ou dans le documentaire médical.

Des obstacles que la cinéaste surpasse avec une habileté parfaitement intégrée au propos de l'histoire, les scènes atmosphériques (notamment l'exceptionnelle ouverture du film et ses séquences de surf prélude à un accident non moins brillamment mis en scène) et intimistes alternant avec bonheur avec le suivi technique du circuit du don d'organe (en particulier ses opérations de prélèvement et de greffe détaillées avec un réalisme saisissant (...)".

LEQUOTIDIENDUCINEMA.com - Clémence LEROY (03.10.2016)

Une puissante vague d'émotion

"Après le sensible Suzanne en 2013, Katell Quillévéré revient avec un magnifique film qui traite du don d'organes. Un défi de taille car il s'agit de l'adaptation du roman du même nom Réparer les Vivants de Maylis de Kerangal.

Ce film, c'est une sorte de flot de larmes qu'on essaie (en vain) de contenir dès la première seconde. Il s'ouvre sur une sublime escapade en surf au petit matin. La caméra nous montre une mer fascinante, puissante et presque indomptable. (...) C'est cette vague pour laquelle Simon se lève si tôt et avec tant d'enthousiasme, qui va - en quelque sorte - lui arracher la vie, le plongeant dans un état de mort cérébrale (...)

Nos émotions sont mises à rude épreuve et pourtant c'est sans crise larmoyante, sans surplus de dialogue et sans assaut de culpabilité. (...) Chaque scène nous est montrée dans sa vérité tout en gardant pudeur et délicatesse. Il en est de même pour les liens entre les personnages et pour les corps. (...) La vie et les détails privés des personnages sont finalement peu décrits et ils nous importent peu dans ce film car l'essentiel est compris. La réalisatrice a préféré nous montrer les valeurs des personnages, l'amour pour leurs proches, l'attachement pour leurs patients. (...)

En quelques mots ce film donne une furieuse envie de vivre, d'aimer et de délaisser tout jugement. Un film puissant, plein d'espoir et de poésie."

 ET VOUS, QU'EN AVEZ-VOUS PENSE ? 

N'hésitez pas à partager vos impressions ci dessous ...

Commenter cet article

2 commentaires

FIXARY Rosita
mar. 8 novembre 2016

J'ai trouvé ce film très sobre dans toutes les scènes : les émotions, les douleurs, les sentiments, les événements, les prises de conscience, les réflexions, les explications ... Bref,tout ce qui peut faire partie d'une vie ... et tout ce qu'on peut faire après une vie !
François B.
ven. 3 février 2017

Je suis un des plus anciens donneurs d'organes (1 rein ) à ce jour en France. Je suis allez voir ce film sur invitation d'ADOT 67 par curiosité. J'ai trouvé ce reportage très réaliste,d'une certaine poésie et d'espoir. Je recommande à toutes les personnes intéressées d'aller voir ce film qui traite d'un sujet et d'une situation pouvant arriver malheureusement à chacun d'entre nous un jour .
  • En cliquant sur "Envoyer le commentaire", vous acceptez le fait que vos données inscrites ci-dessus seront utilisées par ADOT 67 dans le but pour lequel ce formulaire a été mis en place. Aucune donnée ne sera utilisée dans un autre but, sans votre consentement éclairé, ni ne sera communiquée à un tiers. Vous pouvez à chaque instant demander l'accès, la modification ou la suppression de ces données en nous écrivant à l'aide de notre formulaire de contact ici.