Un monument en hommage aux donneurs d'organes au Jardin des 2 Rives à Strasbourg

publié le 02-04-2021

 

LIEU DE MEMOIRE

LIEU DE RECONNAISSANCE

Près de 55.000 personnes vivent actuellement en France avec un greffon fonctionnel. Ce greffon leur a sauvé la vie ou en a considérablement amélioré la qualité.

Mais pour en arriver là, il aura fallu non seulement que des équipes médicales se mobilisent, mais également que des donneurs décident ce geste qui relève du plus pur altruisme : remettre - après leur mort - leurs organes à de parfaits inconnus pour sauver leurs vies. Il aura fallu que des familles témoignent de la volonté de leurs proches, alors même que - souvent - elles ignoraient cette volonté faute d'en avoir parlé avant la mort.

Le principe de l'anonymat qui préside au don d'organes (et auquel est fermement attaché France ADOT) empêche les greffés - sauf dans le cas du don du vivant - d'exprimer directement leur reconnaissance aux donneurs et à leurs proches.

C’est une des raisons pour lesquelles l’association France ADOT 67 a décidé – dans le prolongement des recommandations de la Journée Nationale de réflexion sur le don d’organe et la greffe – d’élever à l’occasion de son 30ème anniversaire un monument en hommage aux donneurs d’organes et à leurs familles.

La conception et la réalisation du monument ont été confiées aux sculpteurs alsaciens Jean-Luc HATTEMER et Gérard STARCK.

Le monument se compose de deux silhouettes taillées dans un bloc de grès des Vosges, disposées côte à côte, l'une figée, l'autre en mouvement et semblant saluer le public. La silhouette figée, inerte, est percée d'une ouverture carrée créant comme un vide par lequel la vie se serait échappée. La silhouette en mouvement porte en elle un bloc de grès carré de couleur plus claire qui répond au carré vide de la silhouette figée et qui lui donne toute sa signification. Le don d'organes qui certes nous place face à la mort est aussi comme une fenêtre qui s'ouvre à la vie : la vie qui continue ou qui renaît … à côté, ailleurs.

"Je donne, tu donnes, ... ils vivent" est il gravé sur les deux faces du monument, en deux langues, en français et en allemand, car il s'agit là d'un message non seulement vital mais également universel. Je suis prêt à donner mes organes pour que d'autres - proches, lointains ou parfaits inconnus - puissent vivre …

Le monument a été érigé sur les bords du Rhin, dans le Jardin des Deux Rives à Strasbourg, face à l’Allemagne, et  inauguré le 25 juin 2016 en présence de personnalités du monde médical et politique mais également - et surtout - de familles et de proches de donneurs ainsi que de greffés de la région.

Car ce lieu de mémoire a pour vocation première de permettre à la reconnaissance personnelle des greffés de s’exprimer et de se matérialiser.

Mais au-delà du recueillement personnel, les initiateurs du projet ont bien l’intention d’en faire un lieu de reconnaissance collective en y organisant – notamment à l’occasion des Journées Nationales du Don d’Organes – des cérémonies publiques de recueillement et de remerciement collectifs.

C'est bien là le sens de ce lieu de mémoire : remercier et honorer tous les donneurs d'organes et leurs familles au nom des greffés et de la société et les conforter dans leur geste généreux et désintéressé.

C'est le sens également du texte très émouvant rédigé et lu lors de la cérémonie d'inauguration par Madame Caroline BOURHIS au nom de toute sa famille en hommage à sa mère Annette, donneuse d'organes.

POUR ANNETTE

« Le 17 mai 2012 ... L'horloge de la vie de notre maman s'est brusquement arrêtée de tourner.

Tout est allé si vite ...

Et pourtant

Il a fallu décider,

Il a fallu résister,

Il a fallu continuer.

Générosité de cœur et amour inconditionnel, voilà tout ce que notre maman a su incarner !

Générosité de corps, par son don d'organes, voici tout ce qu'elle incarne encore.

Aujourd'hui, par ce modeste témoignage, je souhaite mettre à l'honneur tous les acteurs de cette belle chaîne du don.

D'abord, le geste de tous les donneurs sans qui rien ne serait possible, mais aussi le courage des familles, le soutien sans faille des coordinateurs et là, mon regard se tourne vers Geneviève HAETTEL (*), le professionnalisme des transplanteurs et l'énergie positive des associations qui font un travail admirable !

Quant aux receveurs, je ne sais pas où ni qui ils sont, mais le fait de savoir que grâce à certaines pièces de l'horloge de notre maman, leur horloge à eux tourne encore aujourd'hui ... nous conforte, mon père, ma grand-mère, mes frères (et je remercie Fred d'être venu me soutenir) et moi que cette décision du don a été la bonne ...

Merci à tous »

__________________________________________

 

(*) Geneviève HAETTEL : Coordination hospitalière des prélèvements d'organes et de tissus du CHU de Strasbourg